Les textes et images présents sur ce blog ne sont pas libres de droits, merci de me demander avant une quelconque utilisation.


mercredi 6 avril 2016

Électrosensibles : supplique au Président.


Nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir d'électro-sensibilité : nos organismes ne supportent pas les ondes électromagnétiques, ce qui engendre chez nous : manque d'oxygénation du cerveau, et de ce fait vertiges, migraines, douleurs musculaires, troubles de la mémoire et de la vue, etc, etc... Notre quotidien est donc totalement perturbé et difficile.

A la demande de nombreux autres électrosensibles, je viens de composer une chanson pour défendre notre cause.

La voici :



Nous représentons à ce jour 5 % de la population française soit environ 3 300 000 citoyens. Nous sommes devenus électrosensibles en raison du déploiement rapide, invasif et généralisé des technologies sans fil.

Nous voulons alerter l'Etat français quant à nos souffrances 
et que l'électrosensibilité soit reconnue et prise en charge. 

Nous réclamons que la population soit mieux informée sur les impacts sanitaires des champs électromagnétiques. 

Il est urgent que des recherches indépendantes et approfondies soient menées sur le sujet et que les recherches alarmantes déjà existantes soient réexaminées et prises en compte. 

Les personnes électrosensibles devraient pouvoir se réfugier dans des lieux non exposés aux ondes électromagnétiques, lieux appelés « zones blanches », qui existent dans plusieurs pays à travers le monde mais pas encore en France. Nous appelons donc à la création officielle de zones blanches. 

Il nous semble indispensable, par précaution, d'abaisser l'exposition générale de la population aux champs électromagnétiques, notamment en ce qui concerne les enfants, d'interdire la wifi dans les établissements scolaires au profit de l'internet filaire. 

Nous appelons l'État français à faire de l'impact des champs électromagnétiques sur la population une priorité sanitaire. 

 " Monsieur le Président, 
Nous sommes des enfants 
De la patrie et de la Terre.
Monsieur le Président, 
Nous aimions simplement 
L' amour, la joie et la lumière.

Nous sommes des milliers, sans doute des millions, 
La masse embarrassante des électrosensibles, 
Qu'on laisse sans statut, sans soins, sans attentions, 
Qu'on oblige à errer, démunis, invisibles.
Pourquoi faire de nous ces parias, ces damnés, 
Forcés de nous cacher dans le fond des forêts, 
De masquer nos visages sous des voiles d'argent, 
De perdre nos emplois, nos maisons, nos enfants ?...

Les antennes-relais, sur la moindre colline 
Se pressent, se bousculent, dominent nos vallées 
De leurs longs doigts brandis vers la course au progrès 
Et qui pointés sur nous sont des armes assassines.
Partout où sont leurs ondes, nous sommes forcés de fuir 
Car elles nous font souffrir, trembler, chuter, vomir, 
Attaquent nos cerveaux, détruisent notre sang. 
Que vaut donc notre sort aux yeux des dirigeants ?

Nous souffrons dans nos chairs et craignons pour nos frères
De plus en plus nombreux à rejoindre nos rangs,
Notre troupeau de l'ombre, notre lot de misère,
Le lot des sacrifiés au profit de l'argent.

Monsieur le Président, n'est-elle pas venue, l'heure
De nous tendre la main en toute humanité  ?
Recevez donc nos craintes, entendez nos douleurs,
Rendez-nous notre vie et notre dignité. "


Héloïse Combes Tous droits réservés.